Image d'Arlequin

Le Théâtre de la foire à Paris

Textes et documents

1. Théâtres 2. Scénographie 3. Administration 4. Relations sociales 5. Troupes 6. Relations artistiques 7. Pièces 8. Biographies 9. Iconographie 10. Glossaire 11. Bibliographie 12. Chronologie 13. Divers



Les Pygmées (1676)

LES

PYGMÉES,

TRAGI-COMEDIE
ORNÉE DE MUSIQUE,
d'Entrées de Balet, de Machines,
& de Changemens de Theatre.

Representée en leur Hostel Royal, au Marais
du Temple à Paris.

Cunctarum est novitas gratissima rerum. Ovid. lib. 3.
de Ponto.

A PARIS,

Par CHRISTOPHE BALLARD, seul
Imprimeur du Roy
pour la Musique, ruë S. Jean de Beauvais,
au Mont Parnasse.
M DC. LXXVI.
Avec Permission.



SUJET GENERAL
DES PYGMEES


	Si le charme de la Nouveauté surpasse

	tous les autres, en toutes choses; (je le

	puis bien dire apres Ovide, & toute la

	Terre en demeure d'accord) l'entreprise

	des Pygmées doit plaire à tout le monde, puisqu'on

	y trouvera non seulement la Nouveauté, mais en-

	core tous les autres charmes qui servent à faire les

	plus agréables & plus nobles plaisirs du Siecle.

	La Comedie en est le fondement. L'Heroïque y est

	tres-bien soustenu. Le Risible n'en dément point la

	Majesté par la bassesse à laquelle on le voit ordinai-

	rement s'allier; & le Galant, qui enchaisne l'un &

	l'autre, fait de ces differens caracteres l'assemblage

	le plus charmant et le plus judicieux qu'on ait veu

	depuis long-temps. Ce sont trois beautez en une; la

	Grecque, la Romaine, et la Françoise. Les Specta-

	cles pompeux, les Machines toutes surprenantes,

	                                       Aij


4 les Decorations magnifiques, les Habits extreme- ment propres, les agréments de Musique & de Dan- ces, autant qu'il y en doit avoir, en sont les superbes ornemens. Si des plus illustres Genies de l'Antiqui- té, Homere, Aristote, Strabon, Plin, & Olaüs, n'ont pas dédaigné d'écrire l'Histoire de ces Peuples, il n'est pas indigne d'un esprit vif & brillant de ce Royaume, d'avoir déterré cette Nation des monta- gnes des Indes Orientales, pour la faire servir aux délassemens du plus grand Monarque qui ait ja- mais esté, & aux plaisirs innocens de ses Sujets. Que leur petitesse ne les fasse point mépriser, ils fe- ront tout ce que de Geans feroient, & peut-estre avec meilleure grace. Ils soustiendront aussi bien leur merite contre les ignorans & les injustes criti- ques, qu'ils feront leur pays & leur liberté contre les Gruës, avec qui ils ont toujours eû la guerre. On diroit à tort que nos Pygmées sont des corps sans ames; ils en ont trois pour une, & d'aussi rai- sonnables qu'il en faut pour ce qu'ils ont à faire. Ils sont semblables en ce point à un certain Roy nommé Herilus, dont Virgile parle au 8. livre de son Eneï- de, qui ne pouvoit mourir à moins de trois Morts assemblées contre luy. A la verité, ce n'est que depuis qu'ils ont respiré l'air de France : aussi nous remar- quons qu'ils sont crûs à veuë d'oeil, & qu'ils sont embellis de moitié : le propre de nôtre Soleil estant de faire profiter tous ceux qu'il regarde favorable-
5 ment, sur tout les Nations étrangeres. Les Au- teurs, que j'ay cy-devant citez, nous apprenent que les Pygmées sont de petits hommes, de la hauteur d'une coudée, qui habitent les montagnes des Indes Orientales ; quelques-uns disent les extrémitez de l'Affrique ; d'autres, les contrées Septentrionales ; mais la plus commune opinion sur ce point, c'est la premiere. Tous conviennent que ce Peuple, monté sur des chévres et des beliers, armé d'arcs et de fléches, chaque année, au Printems, fait la Guerre aux Gruës ; qu'il écache, le long du rivage de la mer, tout autant d'oeufs de ces oyseaux qu'ils en peuvent rencontrer, leur principal but estant d'ex- terminer cette race ennemie, qui les trouble et les tourmente de tout temps. Pline écrit en son particu- lier, qu'ils habiterent autrefois la Ville de Geranée ou Thrace, d'où ils furent chassez par les Gruës ; & c'est de là, sans doute, qu'ils prirent occasion de se retirer dans les montagnes des Indes orientales. Il les appelle quelquefois Spithamiens. Voila ce que nous en rapportent les Anciens, & sur quoy l'on a imaginé, non seulement l'entreprise des Pygmées; mais encore une piece de Theatre de mesme nom, comme estant plus convenable à l'établissement de la chose. L'on n'a rien épargné pour faire reüssir l'une & l'autre. Si les Curieux répondent aux soins qu'on a pris pour leurs divertissemens, le succez, en est infaillible. Ce qu'on n'a point veu jusqu'icy, des A iij
6 figures humaines de quatre pieds de haut, richement habillées, en tres-grand nombre, sur un vaste & superbe Theatre representer des pieces en cinq actes, ornées de Musique, de Balets, de Machines vo- lantes d'une invention toute nouvelle, & de chan- gemens de Decorations, réciter, marcher, actio- ner comme des personnes vivantes, & tres-agréa- blement, sans qu'on les tienne suspenduës : c'est ce qu'on verra desormais à l'Hostel Royal des Pyg- mées, au Marais du Temple, à Paris.
7

ACTE PREMIER.

La Salle entier represente un puissant Rocher ;

	percé à jour, avec plusieurs niches, à droit & à

	gauche, qui serviront de loges à ceux qui ne vou-

	dront pas estre au Parterre. La Nature semble l'avoir

	fait exprés pour découvrir au travers le pays enchanté

	des Pygmées, & servir de passage, du moins aux yeux

	des Spectateurs, qui souhaitent d'en remarquer les

	beautez surprenantes. Ce lieu est disposé de maniere,

	qu'on n'y souffrira ni la chaleur excessive de l'Esté, ni

	le trop grand froid de l'Hyver. La façade & les sup-

	ports du Theatre font partie de ce Rocher, & l'on en

	voit sortir de part & d'autre quantité de cascades & de

	jets qui forment un canal d'eau vive, au delà duquel

	on découvre le Palais du Roy. La matiere dont il est

	basti, l'Ordre, les parties & les ornemens d'Architec-

	ture qu'on y apperçoit, n'ont rien de commun avec

	tous les autres bâtimens qu'on trouve au reste de la

	Terre.

	  Le Roy paroist inquiet & chagrin. Microton son

	confident en impute la cause à l'approche des Gruës,

	dont le nombre est plus grand qu'il n'a jamais esté; &

	tâche à le tirer de son inquietude, en luy vantant le

	zéle extréme de ses peuples, qui va jusqu'à faire pren-

	
8 dre les armes aux femmes, ainsi qu'aux enfans, pour la deffense de ses Estats. Le Roy luy fait entendre qu'il se trouve moins embarassé des affreuses menaces de ses ennemis que de ses deux filles, Parvulie son aînée, & Pichonine sa cadete, dont la premiere a rejetté l'amour de Picolus, un de ses Generaux d'armée, pour se gar- der à la memoire de Timas, à qui elle avoit esté promi- se en mariage ; & la seconde est recherchée par ce mê- me Picolus, depuis qu'il a essuyé les refus de l'aînée, & par Belus, en mesme temps, son autre General, & le premier qui s'est déclaré pour cette cadette. Ces deux Princes sont extrémement necessaires au Roy, pour luy conserver ses Estats, sur tout, dans la presente con- joncture, où ses ennemis semblent beaucoup plus forts que luy. Si Parvulie eût agreé la recherche de Picolus, Belus eût lieu d'épouser Pichonine ; le Roy se fût fait de ces deux gendres de fermes appuis de son Trône ; & l'obstination de Parvulie le prive de ce grand avantage. D'ailleurs, il craint de faire un dan- gereux mécontent d'un de ces deux Generaux, en donnant sa cadette à l'autre ; c'est ce qui fait son trouble & sa peine. Voyant approcher ces deux rivaux & les Princesses, il commande à Microton d'aller au Tem- ple, pour apprendre le succez d'un Sacrifice qu'il a or- donné pour rendre Mars favorable à ses Armes, & de luy en rapporter au plustost des nouvelles. Les deux Princes, chacun en son particulier, se plaignent au Roy de ce qu'il n'a point encor fait entr'eux le choix d'un gendre, & nommé l'Epoux de Pichonine. Il s'en excuse d'une maniere obligeante, & rejette la cause de son
9 son silence sur Parvulie. Picolus témoigne qu'il n'y songe plus, d'un air qui luy attire une douceur trés- piquante de la part de cette Princesse. Pichonine qui trouveroit sa satisfaction à les voir tous deux unis sous les loix de l'Hymen, d'autant qu'elle n'auroit plus de traverses à essuyer dans ses amours avec Belus, & qu'elle l'épouseroit suivant les souhaits, invite sa soeur à traiter plus favorablement ce Prince ; mais elle y perd son temps & ses paroles. Ces deux Rivaux prests à se pousser au sujet de Pichonine, sont arrestez par le Roy, qui voudroit remettre ce choix qu'ils pres- sent aprés le combat : mais enfin il se voit obligé de declarer , que celuy des deux qui sera le vainqueur de ses ennemis, sera l'époux de sa cadette ; à quoy ils donnent les mains avec plaisir. Microton revient du Temple avec plusieurs Officiers & Assistans du Sacri- fice, tous allarmez de ce qui s'y vient de passer ; & deux des Officiers, aprés une symphonie qui marque leur inquiétude & leurs alarmes, chantent ces pa- roles, Qu'allons nous faire, Helas, helas, Si le Dieu des Combats Nous est contraire ? Helas, helas, O Mars estes-vous las D'estre notre Dieu Tutelaire ? Quoy ne voulez-vous pas Détourner la misere, B
10 Et le trépas De nos climats ? Qu'allons-nous faire, &c. Si des ingrats Dans ces Estats Ont ozé vous déplaire, Confiez-nous vôtre colere, Nous les immolerons nous-mesmes de ce pas. Qu'allons-nous faire, &c. Les autres expriment par leurs démarches & par leurs actions, au son des instrumens, le cha- grin, la crainte & la douleur qui les agitent. Le Roy surpris de ces plaintes en demande la cause à Mi- croton, qui luy donne lieu de craindre que Mars ne favorise ses ennemis à son désavantage. Le recit qu'il fait des incidens sinistres qui sont arrivez au Sacrifi- ce, jette la peur & l'étonnement dans l'âme de Prin- cesses ; Picolus n'y peut resister ; le Roy s'en laisse em- parer ; Belus le r'assure : Sémiandre, un des Assistans, en fait de mesme, & luy conseille de députer quelq'un au Ciel, pour tirer de Mars l'éclaircissement de leur doute. Le Roy, aprés avoir pris l'avis des Princes, le commet avec Homoncius pour cette députation, dont il se charge volontiers. Tous se retirent. Ormin con- fident de Picolus, que les affaires d'Estat touchent moins que celles de son amour pour Francine con- fidente de Pichonine, dissipie les idées tristes & lugu- bres que l'auditeur pourroit avoir conceuës dans les Scenes précedentes, par son teste-à-teste avec sa maî-
11 tresse. Ce pauvre amant se voyant enfin méprisé, se veut tuër de desespoir ; mais le Roy luy fait le plaisir de l'en empescher. Il demande à son Confident si Sé- miandre doit bien-tost partir ; Il apprend qu'il le verra dans peu s'enlever aux Cieux sur un char attelé de quatre Aigles, que la faim & l'instinct naturel portent à suivre en l'air du gibier en vie, que Sémiandre & Homoncius tiennent en veuë de ces oyseaux ; mais dans un tel éloignement, qu'ils n'y peuvent point at- teindre. Ces deux Députez paroissent aussi-tost dans leur machine. Le premier fait les complimens ay Roy, qui luy promet une récompense considerable au re- tour de son voyage. Ils poursuivent ensuite leur rou- te, & le Roy se retire incontinent aprés, avec sa suite. Le vol de ces deux Députez est assez nouveau dans son espece, puisqu'il part d'une des aisles gauche du Theâ- tre, comme pour entrer dans celle qui luy est opposée ; & neantmoins se va perdre sur le Cintre. Fin du premier Acte.
12

ACTE SECOND.

Un Parc composé de Jardinages, de Parterres,

	de Bois, de Figures, de Fontaines, & autres em-

	bellissemens, en fait la décoration.

	   Ce lieu, pour ainsi dire, sert d'azyle à Parvulie

	contre les persecutions continuelles du Roy son pere,

	qui s'efforce de luy arracher du coeur l'amour qu'elle

	veut éternelement conserver pour le Prince Timas,

	dont les funestes idées l'entretiennent dans des cha-

	grins & des douleurs qui ne luy donnent aucun relâche,

	La Plainte qui suit, & qu'elle chante, pour donner plus

	de force à sa passion, fait voir les sentimens qui re-

	gnent dans son ame.

	



PLAINTE DE PARVULIE



Que feras-tu, mal-heureuse Princesse,

Que dois-tu devenir ?

Tu ne reverras plus l'objet de ta tendresse ;

S'il vit, c'est dans ton coeur, & dans ton souvenir,

Helas, & chacun s'interesse

A l'en bannir.

Que feras-tu, mal-heureuse Princesse,

Que dois-tu devenir ?

On pretend que j'oublie




13 L'illustre Amant qui me tient sous sa loy, Que je le prive de ma foy : Non, je ne consens point à cette perfidie : Qu'on m'arrache plûtost le jour, Je perdray moins qu'en perdant mon amour. Mais seule avec tant de foiblesse, Pourras-tu long-temps soûtenir Les durs efforts qu'on redouble sans cesse Contre l'unique objet de ta juste tendresse, Dont on cherche à te desunir ? Que feras-tu, mal-heureuse Princesse, Que dois-tu devenir ? Aprés un moment de silence & de reflexion secret- te, elle reprend la parole, & chante l'Air suivant. AIR DE PARVULIE Cherchons l'Echo dans le fonds de ces Bois, Luy seul par sa charmante voix Peut soulager un coeur qui languit dans ses chaînes: Il offrira du moins ce plaisir à mes peines, De me redire incessamment L'aimable nom de mon Amant. Elle n'a pas plûtost cessé de chanter, qu'elle apper- çoit avec chagrin Zélone sa confidente, à qui elle confirme la resolution où elle est, de ne changer ja- mais son amour pour Timas. Zélone luy répresente quíl a esté défait dans le dernier combat donné con-
14 tre les Gruës. Cette raison, & plusieurs autres qu'elle employe pour la persuader du contraire de ses senti- mens, ne servent qu'à l'y affermir davantage. Des Bergers enfoncez dans l'épaisseur des Bois, qui ne songent qu'à se divertir entr'eux, chantent fort à pro- pos le Dialogue suivant. DIALOGUE DES BERGERS. PREMIER BERGER. Il n'est rien de si beau qu'un coeur tendre & fidelle. SECOND BERGER. Il n'est rien de si doux qu'une amour éternelle, Alors qu'un autre coeur brûle des mesmes feux. PREMIER BERGER. C'est de quoy remplir tous nos voeux. ENSEMBLE. Mais quand on brûle seul, & non pas deux à deux, Il n'est rien de moins beau qu'un coeur tendre & fidelle; Il n'est rien de moins doux qu'une amour éternelle. Zélone invite encore cette Princesse à se défaire d'un feu qui la fait brûler en vain. Parvulie luy ferme la bouche en peu de mots, dont voicy les derniers. Ce sont là de l'Amour les veritables loix, Aimer toûjours, & n'aimer qu'une fois.
15 Enfin, ne sçachant plus par où combattre la réso- lution de sa Maîtresse, elle souhaiteroit que les mes- mes Bergers expliquassent, à son défaut, ces maximes amoureuses. Ils le font sans paroistre de concert avec elles, & chantent les paroles suivantes. CHANSON DES BERGERS Il faut, il faut aimer toûjours, Quand nous sommes aimez sans cesse ; Mais si d'un costé l'amour cesse, De l'autre il doit finir son cours. Parvulie reste inébranlable dans son dessein d'ai- mer Timas éternellement, nonobstant que Zélone luy ait redit ce qu'elle vient d'entendre des Bergers; mesme ajoûté que la mort luy doit avoir enlevé l'a- mour de son Amant avec sa vie. Pichonine fait plaisir à Zélone de la relever d'un entretien où elle auroit peine à fournir. Cette Cadette n'a pas plûtost com- mencé de parler à son aînée en faveur de Picolus, qu'elle est contrainte à se taire. C'est en vain qu'elle luy voudroit faire croire que le seul interest d'Estat l'anime en ce rencontre, puis que Parvulie, non seu- lement la force à déclarer que Belus est le Souverain de son ame ; mais encore luy fait entendre qu'elle con- noist bien que la recherche de Picolus la gêne & l'outrage, qu'elle s'en taist au Roy pour ne le pas aigrir, & qu'enfin elle n'aimeroit à le voir son Beau-Frere, que parce qu'elle le hait pour sa seule personne, & plus en- core, pour la qualité de son époux qu'il recherche avec empressement. Parvulie, aprés avoir raillé finement sa
16 soeur, la voyant preste à s'emporter, luy en épargne la peine par sa retraite. Pichonine demeure seule avec sa confidente, qui calme, autant qu'elle peut, le trouble de son coeur. Bélus, avant que de s'engager au Com- bat, vient prendre congé de sa Princesse. La retenuë de l'une & l'ardente amour de l'autre font la matiere d'une conversation charmante, que le désespoir d'un Amant qui se voit rebuté, démentiroit à la fin, si la tendresse allarmée de Pichonine ne forçoit sa bouche à déclarer ouvertement son amour à ce Prin- cesse, à qui cette déclaration manquoit pour s'en croire absolument aimé. Bélus reste dans une joye indicible, & dans les ravissemens inconcevable: mais l'abord de son Rival, sa fausse bravoure, & ses railleries grossie- res, l'obligent à soûtenir le caractere d'un veritable Heros & d'un Amant qui se connoist aimable autant qu'il est aimé. Le Roy survient & s'étonne de voir ces deux Generaux ensemble éloignez des Armées, dont il leur a donné le commandement. Bélus s'en justifie. Picolus prest à faire les mesme, s'arreste pour faire ob- server Sémiandre qui revient des Cieux, avec des as- seurances de r'emporter une entiere victoire sur leurs ennemis, & d'un secours extraordinaire que Mars leur doit envoyer à ce sujet. On peut s'imaginer combien ces agreables nouvelles causent de joye dans l'esprit du Roy, & combien elles relevent le courage des Princes. Les sentimens genereux d'une part, & les obligeantes promesses de l'autre ne manquent pas; & ce sont eux qui terminent cét Acte. Les Ber- gers qu'on vient d'entendre chanter, sans les avoir veûs, paroissent aux yeux des Auditeurs, pour leur chanter
17 chanter les paroles suivantes ; & dancer aprés une Entrée de Balet, qui convient au sense de ces par- oles. AIR DES BERGERS. Tout est mort dans nôtre vie, Sans l'Amour & ses douceurs ; Il est l'ame de nos coeurs, Quand ils suivent son envie : Consentons tous au trépas Plûtost que de n'aimer pas. Fin de second Acte.
18

ACTE TROISIESME

Le Theâtre répresente, d'un costé, le camp des

Pygmées, & de l'autre des rochers inaccessibles,

avec la Mer en perspective.

  Timas paroist en l'air avec trois de ses Amis, tous

portez par des Gruës, & tous dans le dessein de déli-

livrer à jamais la Patrie des ennemis qui la tourmen-

tent. Ce Prince qui ne doit pas estre surpris pour

mieux surprendre, entendant du bruit, s'en retourne

derriere les rochers, d'où il estoit sorty. Les Pygmées

marchent & se rangent en bataille. Le Roy fait un

discours à ses Armées, qui seul donneroit du courage

aux plus timides. Les Generaux y répondent comme

ils doivent. Microton donne avis au Roy de l'appro-

che des Gruës, dont le nombre est plus grand qu'il

n'a jamais esté. Les Princes se réjoüissent d'avoir une

si belle occasion de signaler leur valeur, & Picolus va

se mettre à la teste de son Armée. Bélus prie le Roy

de se retirer ; ce qu'il fait avec des termes fort obli-

geans. Ce brave General voyant les Gruës fort avan-

cées, donne les ordres necessaires pour le combat,

qui se fait ensuite avec beaucoup de vigueur au bruit

d'une Symphonie, qui donneroit envie de combattre

à ceux qui n'y songeroient pas. Timas, dans le temps

que les Gruës sont toutes assemblées, & s'acharnent

le plus au carnage, s'éleve en l'air au dessus d'elles,

dans toute l'étenduë de leur Armée, avec tous ceux de

ses amis & de ses confidens, qu'il a disposez à son ex-


19 pédition : ils laissent tous tomber des filets qui les enve- lopent & les aterrent de telle sorte, qu'elles ne sont plus en estat ny d'attaquer ny de se défendre. Bélus s'ima- gine alors que ce secours extraordinaire est celuy que Sémiandre a fait esperer de la part de Mars. Il luy vient à propos pour empescher ses soldats de prendre la fuite, & pour leur faire achever la victoire que Timas a commencé d'asseurer. On combat enfin avec une ardeur incroyable. Il ne reste que tres-peu de Gruës qu'on enchaîne. Les Pygmées se retirent au son des instrumens qui joüent des fanfares. Bélus apper- cevant de loin Timas sans le reconnoistre, & quelques- uns de ses Amis à sa suite, s'arreste pour sçavoir quels ils sont. Il est fort surpris, & fort ravy quand il revoit ce Prince qu'il estime infiniment, aprés avoir crû si long-temps qu'ils estoit mort. Timas luy fait entendre que ce secours, dont j'ay parlé cy-devant, est l'effet de son amour pour la Patrie, & de l'assistance de ses amis. Ces deux Princes, aprés quelques complimens reci- proques, quittent la Scene pour aller informer le Roy de ce qui s'est passé. Ormin voulant meriter les bonnes graces de sa Maîtresse, qui n'aime que les gens de coeur, fait ce qu'il peut pour se montrer vaillant. Il jure, il peste, il paroist fort en colere, il vomit des in- jures, il tranche, il pointe, il estocade de loin contre les Gruës qui restent sur la place. Que luy serviroit-il de s'en approcher, & de porter ses coups sur elles, puis qu'elles ne les sentiroient pas ? Ce seroit peine perduë. Jusques-là jamais homme n'a paru si lâche, qu'au moment qu'il entend des soldats qui viennent pour enlever les C ij
20 corps des Pygmées & des Ennemis qui sont demeurez dans le Combat, & qu'on parle d'assommer & d'ache- ver ce qui conserveroit encore quelque reste de vie. Sa prudence luy conseille de faire semblant d'avoir perdu le jour, pour ne le pas perdre en effet : il donne aveuglement les mains à cét avis salutaire. Comme il voit dans la suite, qu'on le plaint de sa disgrace, & qu'on ne songe point à luy faire aucun mal, mais seu- lement à l'emporter avec les autres corps morts ; il se ressuscite luy-mesme, & finit cét Acte par quantité de plaisanteries fort divertissantes. Des soldats armez dançent, en réjoüissance de la Bataille gagnée sur les Gruës, & forment une Entrée de Balet toute de Jeux & de Plaisirs. Le cliquetis de leurs Armes, les acclama- tions publiques, le bruit des instrumens, toutes ces choses ensemble font un mélange pour les yeux & pour les oreilles, qui n'a rien que de fort charmant. L'on chante les paroles suivantes en faveur de la Victoire. CHANT DE VICTOIRE. Victoire, Victoire, Victoire. Bannissons de nôtre mémoire Les chagrins & les maux souffers : Victoire, Victoire, Victoire. Ne songeons qu'à chanter la gloire Des Heros qui brisent nos fers : Victoire, Victoire, Victoire. Ne pensons, malgré l'humeur noire, Qu'à joüir des plaisirs offers : Victoire, Victoire, Victoire. Fin du troisiéme Acte.
21

ACTE QVATRIESME.

La Scene change & fait voir une Place publique

composée de plusieurs sortes de bâtimens, &

quantité de Pygmées aux fenestres, en attendant le

triomphe des Vainqueurs.

  Le Roy, que la Victoire asseure sur son Trône, en

mesme temps qu'elle établit pour jamais le repos &

la liberté de ses Peuples, exprime la joye qu'il en

ressent. Pichonine au contraire, se plonge dans un pro-

fonde tristesse, se voyant prés de passer dans les bras

d'un Prince pour qui elle n'a que du mépris & de

l'aversion. C'est Picolus, à qui l'on attribuë la vi-

ctoire, & qui, suivant la parole expresse du Roy, que

le Vainqueur sera l'époux de sa cadette, la doit in-

failliblement épouser. La repugnance, les larmes, les

prieres, les violens transports de cette Princesse ne

peuvent vaincre la fermeté de son pere, & le faire

consentir à violer sa parole. Microton saisi de dou-

leur vient informer le Roy de la mort d'un des

Generaux. Pichonine souhaiteroit que ce fût Pico-

lus; mais Microton ne sçait absolument qui des

deux a perdu la vie, & toutefois donne lieu de croire

que c'est Bélus, plûtost que son Rival. Le coup est

trop accablant pour la Princesse, elle y succombe aussi

dans le moment, & se pâme entre les bras de Francine.

Le Roy donne ordre à son confident d'aller chercher

du secours. Parvulie survient & se montre fort sur-

prise de trouver sa soeur en cét estat. Elle en apprend

la cause de son Pere. Tous deux, & Francine de son


22 costé, font ce qu'ils peuvent pour la faire revenir de sa pâmoison. Le nom de Bélus, qu'elle entend pro- noncer, fait luy seul plus que tout le reste. Ce qui oblige le Roy de luy faire accroire que ce Prince est vivant, & qu'elle le doit bien-tost voir, supposant qu'un courier, dans le temps qu'elle estoit évanoüie, est venu luy en apporter la nouvelle asseurée. Cette fausseté veritable luy épargne la moitié de ses dé- plaisirs. Elle reste toûjours en proye aux autres, que luy cause l'affreuse pensée d'épouser l'objet de sa haine. Un soldat annonce l'arrivée du Vainqueur. Pichonine se retire aussi-tost, ne pouvant souffrir la veuë de ce Prince odieux, ny mesme qu'on en parle en sa présen- ce. Un moment encore l'eust fait sortir de son erreur & de ses chagrins pour entrer dans une joye inconce- vable ; elle eust veû son cher Bélus, contre l'attente de toute la Cour ; elle eust appris que Picolus avoit usurpé la qualité de Vainqueur qui appartenoit à son Rival, qu'il auroit assassiné sans ce soldat à qui il avoit confié son dessein, & qui avoit feint de le vouloir exé- cuter pour en empescher la cruelle exécution ; & pour surcroist de contentement elle eust appris la mort de ce perfide. Parvulie a esté mieux inspirée, de demeu- rer auprés son Pere ; elle revoit son aimable Timas, qu'elle croyait dans le tombeau. Toutes ses espe- rances revivent, & ses déplaisirs meurent pour ja- mais. Ces Princes sont receus du Roy comme ils le meritent. Timas luy rend compte de ce qu'il a fait pendant son absence, & luy explique par quel moyen il a secouru ses Armées, & contribué à la Victoire qu'on a remportée sur les Gruës : aussi le Roy veut qu'il triomphe conjointement avec Bélus, mais d'une
23 autre manière, & luy accorde la main de Parvulie, dont il a tout le coeur. Ceux qui liront ou verront representer la Piece auront la satisfaction de remar- quer quantité de jeux de Theâtre, de surprises & d'en tretiens touchans qui sont renfermez, non seulement dans cét Acte ; mais encore dans tous les autres, & dont je ne parle point icy pour abreger ce Discours, autant qu'il m'est possible. Ormin qui n'a que sa Fran- cine en teste, & qui la cherche par tout, la rencontre fort empressée d'aller trouver le Roy. Il ne peut jouïr qu'un moment de son entretien, encore est-il forcé ; ce moment toutefois qu'il passe avec elle, en fera passer de fort agreables à l'auditeur. Le Triomphe de Bélus, par terre, & de Timas en l'air, sur les Gruës, se fait avec toute la pompe & toute la magnificence qui luy con- viennent. Le spectacle en est d'autant plus curieux qu'il est rare & particulier à ce Peuple. Plusieurs gens de qualité prevenans les réjoüissances publiques, dan- cent une Entrée de Balet tres-galante, aprés qu'un d'eux a chanté ce qui suit. CHANSON D'UNE PERSONNE DE QVALITE'. L'Amour a pour nous Des peines cruelles ; L'amour a pour nous Des plaisirs bien doux : Les Ames rebelles Souffrent ses rigueurs ; Les Amans fidelles Goûtent ses douceurs. Fin du quatriéme Acte.
24

ACTE CINQVIESME.

C'est dans un Palais beaucoup plus magnifique
que le premier, enrichy de colomnes de lapis, de
plumes d'oyseaux de differentes couleurs, & autres
choses précieuses, que se passe le dernier Acte.
Sémiandre fait entendre au Roy, que son voyage
aux Cieux est purement supposé, & que c'est une ruse
qu'il a pratiquée pour r'affermir le courage des Peu-
ples, que les incidens fâcheux arrivez au Sacrifice
avoient extrêmement ébranlez ; & pourtant que sa
machine luy a servy pour aller trouver Timas, avec
qui il a toûjours eû commerce pendant son absence,
afin de le presser de s'approcher au plûtost, pour met-
tre au jour l'illustre entreprise dont le succés est si fa-
vorable à la Patrie. Le Roy luy en sçait bon gré, &
commande à Microton de faire venir Pichonine. Sé-
miandre s'entretient avec luy de la joye qu'il croit que
cette Princesse doit ressentir de son mariage avec Bé-
lus, la croyant informée de la verité touchant le vain-
queur & de la mort de Picolus : mais il apprend que
l'erreur de cette Princesse dure encore, & que le Roy
l'y entretient exprés, pour la punir d'avoir esté rebelle
à ses volontez, au sujet de Picolus, qu'il luy parloit
d'épouser, dans le temps que luy-mesme le croyoit
autheur de la victoire. Elle arrive avec Microton qui
la conduit. Son pere la presse de préparer sa main pour
la donner au vainqueur ; elle y résiste autant qu'elle
peut. Enfin, aprés avoir inutilement tenté les prieres
&

25
& les pleurs, elle luy présente un poignard, & le con-
jure de le luy plonger dans le sein. Bélus se trouve à
propos pour la désarmer. Ce n'est pas l'obliger dans
le désespoir où elle est, elle le fait bien connoître par
les instances qu'elle fait à ce Prince de luy ravir le
jour, ou de la délivrer d'un hymenée qui luy paroist
plus terrible & plus cruel que la Mort. Il est aisé de
penser qu'il n'a point d'oreilles pour ces outrageantes
prieres ; car comme il croit sa maîtresse désabusée
des faux bruits que Picolus avoit fait courre, & per-
suadée de la verité, ainsi que toute la Cour, il s'ap-
plique toute la répugnance & tout l'aversion qu'el-
le montre pour ce mariage, auquel il aspire avec
tant d'empressement, & ne peut consentir à se trahir
luy-mesme, en donnant les mains à la perfidie ap-
parente qu'elle semble opposer à son ardeur fidele.
Pichonine prend son refus pour un sensible outra-
ge, & le traite avec tout le mépris & toute l'indi-
gnation qu'elle croit luy devoir. Il ne sort point
pour cela du respect ; il se plaint seulement de ce
qu'elle n'a point esté présente au triomphe ; & en at-
tribuë la cause au peu de cas qu'elle fait de sa per-
sonne & de ses feux. Cette plainte l'oblige à luy
faire valoir ce procédé comme une insigne masque
de son amour extrême ; n'ayant pû, dit-elle, pren-
dre plaisir à voir son rival (c'est Picolus dont elle
entend parler) parmy les acclamations publiques,
insulter à leurs feux & dérober sa gloire ; ny s'ima-
giner qu'il ait merité les honneurs qu'il a receus, & les
lauriers dont on l'a couronné Timas présent à cet en-
tretien, qui n'est point informé de l'erreur de cette
Princesse, & qui vient de triompher avec Bélus, se fait
D

26
une sanglante injure de ce discours piquãt ; il la traite
aussi, sur tout, au sujet de ce mot de rival, d'une ma-
niere qu'on auroit peine à luy pardõner, si la présence
de Parvulie ne l'excusoit en quelque façon. Pichonine
en paroist toute surprise, d'autant plus qu'elle ne
pense point à ce Prince ; & comme elle veut éclairer
toutes choses, sa soeur l'entreprend & la pousse assez
pour vanger son amour & ses charmes qu'elle croit
avoir esté cruellement outragez. Le Roy pouvoit
épargner tous ces déplaisirs à Pichonine ; mais il y
semble prendre plaisir. Elle en fait cesser une partie
par la déclaration qu'elle fait, que ce qu'elle a dit
jusqu'icy de désobligeant, ne regarde ny sa soeur
ny Timas, mais seulement Picolus ; & son pere la
délivre de tous les autres en luy apprenant la mort
de ce Prince, dont le nom seul luy a causé tant de
maux & d'alarmes ; luy assûrant encore Bélus pour
son époux. Les tendres éclaircissemens, les douces
esperance, la joye & les plaisirs prennent la place
des troubles, des chagrins, des larmes & des peines
qui ont regné jusqu'à present. Le Roy ne veut plus
entendre parler désormais que de réjoüissance. Fran-
cine secondant ses intentions, invite chacun à les
suivre par ces paroles qu'elle chante.

CHANSON DE FRANCINE

Joüissez, joüissez, des charmes de la vie,
Tandis qu'ils flatent vos desirs ;
Il n'est plus temps de goûter les plaisirs,
Lors qu'on en a passé l'envie :



27

Les biens les plus charmãs perdent tous leurs appas,
Du moment qu'ils ne plaisent pas.


Si le Roy parle d'établir des jeux & des festes,
c'est, sur tout, pour y honorer le Monarque Dieu des
François, & pour luy rendre grace de la glorieuse
protection, dont les Pygmées luy sont redevables.
Les Princes & les Princesses applaudissent ces no-
bles sentimens. Mercure paroist en l'air, & leur té-
moigne que les Dieux les approuvent. Voicy com-
me il s'explique.

DISCOURS DE MERCURE.

Les Dieux viennent de tout entendre,
Et je vous declare pour eux,
Qu'ils ne prendront jamais pour une offence,
Que vous instituiez des festes & des jeux
En l'honneur du Dieu* de la France ;
*LE ROY
Que vous poussiez, vers luy des voeux ;
Et que vous l'adoriez dans des Temples fameux.


Le Soleil traversant le Ciel sur son char, qu'il con-
duit en demi-cercle, le déclare en son particulier,
avec des termes trés-obligeans. Ce sont ceux qui
suivent.

DISCOURS DU SOLEIL.

Quant à moy, je luy céde en tout la préference ;
Et si les nuits, aussi-bien que les jours,
Ne servoient pas à son ardeur guerriere,
D ij


28

Dans le milieu de ma carriere,
Souvent pour luy j'arresterois mon cours.

Le Soleil estant disparu, Mercure recommence à
parler de la sorte.

AUTRE DISCOURS DE MERCURE.

Quoy que de ma nature,
Je sois un peu fourbe & menteur,
Le Soleil qui ne fût jamais un imposteur
Fait voir que mon discours est la verité pure.

Mars croit qu'il est de son devoir de faire la mesme
chose. Il sort du fonds de la Gloire, sur son char,
qu'il fait descendre à trois pieds de terre, & s'en ac-
quite de fort bonne grace. Aprés quoy il remonte
aux Cieux, vers le cintre, avec une telle rapidité,
que la veuë a peine à la discerner. Jugez si Mars
n'est pas pour le moins autant éloquent, qu'il est
brave ; & consultez pour cela les termes suivans,
dont il se sert.

DISCOURS DE MARS.

Moy pareillement je l'assûre ;
C'est bien à ma confusion,
Et je suis garant que Mercure
Dit vray dans cette occasion.
Ile peut encor plus dire ;
Mesme, il en a permission.
La France est à présent un si célebre Empire,
Que mes Co-éternels, s'il estoit question


29

De l'échanger (par supposition)
Contre leur sejour qu'on admire,
Ils recevroient bien-tost la proposition,
Y souscrivãt, sans doute, ils n'auroient pas du pire ;
Pour moy, je ne dirois pas non :
Je me contenterois à moins (l'osay-je dire ?)
Je me contenterois de porter le grand nom
Du Monarque Divin, qui... mais je me retire.


Mercure disparoist au mesme instant que Mars, luy
coupant chemin, par un vol hemi-sphérique, tout
contraire à celuy du Soleil. Toute la Cour se retire
pour aller joüir des plaisirs qui luy sont préparez.
Deux partis, l'un de Vignerons & l'autre de Ber-
gers, font voir la part qu'ils prennent à la joye pu-
blique. Un des premiers chante ce qui suit.

CHANSON DES VIGNERONS.

Compagnons, guerre, guerre, guerre
Contre l'amour & le chagrin ;
Armons-nous du pot & du verre,
Bachus conduit nôtre destin.
Si quelque soin nous presse
Dans ce combat divin,
C'est qu'on tire sans cesse
Par tout des coups de vin.


Les Vignerons dancent ensuite. Le mesme chante
ce second couplet.

30

SECOND COUPLET DE LA CHANSON
DES VIGNERONS.

Combattons tous avec audace,
Et cédons au nombre des coups ;
Il nous faut rester sur la place,
Et demain nous revivrons tous :
Quand il s'agit de boire,
Les loix du Dieu Bachus
Ne donnent la victoire
Qu'à ceux qui sont vaincus.


Une lumiere toute surprenante, que la veuë ne peut
presque supporter, oblige le Roy & toute la Cour
d'interrompre cette réjoüissance, pour chercher la
cause de cette merveille. Jupiter assis sur son Trône,
dans un ciel tout brillant de gloire, au milieu de
tous les Dieux, la luy fait bien-tost connoître, & luy
confirme ce que Mercure luy a témoigné de leur part.
C'est ainsi qu'il en parle.

DISCOURS DE JUPITER.

Tu vois au milieu de ses Dieux
Le Maître du Tonnerre.
Ils te confirment par ma voix,
Ce que Mercure a dû te faire entendre
Au sujet du Dieu des François.
Le Ciel prendroit le party qu'il faut prendre
S'il se soûmettoit à ses loix. [ples,
Nous vous sçaurons bon gré de luy bâtir des Tem-
Et dans nos coeurs, au moins, nous suivrons vos
exemples.


31

N'ayez point de plus chers desirs,
Que de servir, tantost à ses plaisirs,
Et tantost à chanter sa gloire :
Nous en ferons de mesme, & vous le devez croire.
Que dans tout l'Univers,
Et sur la Terre, & dans les Airs,
Cette nouvelle soit semée
Par Mercure & la Renommée.


Ces deux Divinitez obeïsssent incontinent à ses or-
dres. Elles s'élancent, pour cét effet, du Ciel en terre ;
s'élevent ensuite en l'air, formant un demy-rond, à
l'opposite l'un de l'autre, & prennent enfin leur route,
coste à coste, vers le Cintre, où elles se dérobent aux
yeux des Spectateurs. Les Vignerons & les Bergers
que la presence du Roy & de la Cour avoit troublez
dans leurs plaisirs, recommencent leurs Jeux & leurs
Chansons, pour achever la réjoüissance publique &
les divertissemens de la Piece.

CHANSON DES VIGNERONS.

Heureux qui peut suivre
Le Dieu des Tonneaux!
Le Vin seul nous livre
Les biens sans les maux.
Le plus doux Empire,
Bachus, c'est le tien ;
Si l'on y soûpire,
C'est d'estre trop bien.

Les Bergers jaloux des interests de leur Dieu, font

32

chanter sur le mesme air des Vignerons les paroles
suivantes à la gloire de l'Amour.

SECOND COUPLET CHANTE' PAR UN
des Bergers sur l'air des Vignerons.

Soyons sous les armes
Du Dieu des amours ;
Parlons de ses charmes,
Pensons-y toûjours :
Ainsi nôtre vie
Dans tous ses momens
Se verra remplie
De plaisirs charmans.

Leurs agreables débats se terminent enfin par un
heureux accord. Ces paroles qu'ils chantent d'un &
d'autre party, en r'enferment les articles & les rai-
sons incontestables.

TROISIESME COUPLET CHANTE' PAR LES
Bergers & les Vignerons ensemble.

Bachus sur la terre
Fût bien amoureux ;
L'Amour & sa Mere
Boivent dans les Cieux :
Voulons-nous nous faire
Un sort plus heureux ?
Cessons nôtre guerre,
Et faisons comme eux.

L'entrée de Balet qu'ils dancent tous ensemble, est
l'agrément qu'ils y donnent.

Fin du cinquiéme Acte.

.
Last modified: .
--> See also:
Calendrier des spectacles sous Louis XIV,
Parfaict, Mémoires... (1743) tome 1, tome 2
Campardon, Les Spectacles de la foire... (1877)
The WWW Virtual Library of Theatre and Drama.
This project is supported by the British Academy,
the UK Higher Education Funding Councils (HEFCE), the AHRB and
Oxford Brookes University, Oxford, United Kingdom.
Copyright © 1996-2000 Barry Russell
barry@foires.net.